C’est au debut du 20eme siecle aux Etats-Unis que l’OST a ete totalement developpee avec Frederick Taylor.

C’est au debut du 20eme siecle aux Etats-Unis que l’OST a ete totalement developpee avec Frederick Taylor.

Cette theorie reste l’aboutissement d’un contexte economique et social fort particulier.

En effet, des Etats-Unis connaissent votre developpement industriel sans precedent.

Dans multiples secteurs, comme le textile, l’acier, l’automobile et les produits de consommation de masse, la production est croissante.

Cependant, la requi?te etant superieure a l’offre, les prix augmentent donc. Les entreprises doivent embaucher et surtout tomber sur une methode de production efficace, pour produire en tres grande quantite.

2 – J’ai methode scientifique

Pour satisfaire votre demande tres consequente, nos firmes cherchent a accroitre un productivite.

Pour cela, elles doivent abandonner leurs methodes artisanales et en adopter de nouvelles, permettant des cadences superieures ainsi qu’une baisse des couts de production.

Pour Taylor, conduire une entreprise s’apparente a une science.

3 – Notre performance grace a J’ai rationalisation

L’OST est basee sur une analyse tres poussee des operations accomplies lors d’une production.

L’etude des methodes doit permettre d’eliminer les operations inutiles puis de diviser chaque operation en un ensemble de taches elementaires.

Chacune des taches reste confiee a votre ouvrier.

Celui-ci va se specialiser dans une tache qu’il executera en suivant des consignes prescrites.

B – Les apports et les limites du taylorisme

1 – Des progres considerables

La mise en ?uvre de l’OST a contribue au developpement de production de masse, la rationalisation des methodes de conception a entraine des gains de productivite considerables pour nos entreprises (gains de productivite = produire avantageusement et plus rapidement).

Chez un entrepreneur de maconnerie, Taylor fera passer les ouvriers de 120 a 350 briques a l’heure.

Mes gains de productivite s’accompagnent donc d’une augmentation des profits,mais aussi d’une augmentation des salaires pour nos ouvriers et d’une diminution des prix pour nos consommateurs.

2 –Des limites importantes

Plusieurs critiques peuvent etre adressees a l’OST : la division des taches, qui reste votre principe essentiel du taylorisme annuler abonnement dabble, conduit a une parcellisation du boulot.

L’ouvrier n’est plus responsable d’une partie en production mais juste d’une seule operation qu’il recommence inlassablement.

Or la repetition d’une aussi tache conduit a des maladies professionnelles graves et deshumanise la ti?che et demotive des salaries.

II – Mes autres formes d’organisation d’la production

A – Les caracteristiques des nouveaux modeles d’organisation

1 – Changer les caracteristiques du boulot

Pour lutter contre la parcellisation du article, les firmes vont enrichir des taches.

Cela consiste a etoffer l’article d’un travail (a la place d’effectuer qu’une tache, le salarie en fait plusieurs) afin que le salarie soit plus interesse et donc plus motive.

Un autre modele d’organisation d’embauche consiste a developper la ti?che en equipe autonome.

Chaque equipe reste responsable collectivement d’une part d’une production. Les ouvriers ne semblent plus seuls a gerer une seule tache mais travaille en equipe pour un ensemble de taches.

Par consequent, des equipes autonomes cassent l’isolement des salaries et leur rendent la maitrise d’un ensemble d’operations, donc des rends plus responsables.

2 – Adapter le modele d’organisation

D’autres modeles de production paraissent issus de nouveaux pays industriels, tel que le Japon. Le manquede capacite de stockage a incite les industriels japonais a adopter une production en flux tendu, qui permet de produire a la commande et d’eviter les stocks.

Le systeme de production de Taylor reste caracterise par la chasse systematique au gaspillage et a la non-qualite.

En parallele, la participation active des salaries et requise grace a des cercles haut de gamme dans lesquels les salaries donnent leurs avis sur la production et les problemes eventuels qu’elle rencontre.

Lors des reunions, ils essayent d’ameliorer via leurs propositions a tous nos niveaux hierarchiques la specialite en production.

Enfin, la ti?che est rationalise en equipes avec concernant objectif d’ameliorer continuellement les performances.

B – Les apports et les limites de ces nouvelles organisations

1 – Les gains obtenus

Des nouveaux modeles d’organisation du bricolage ont permis des gains importants en matiere de productivite.

En regagnant de l’interet au boulot, les salaries ont accru leur cadence.

La ti?che, surtout en equipe, a revele des productivites encore inutilisees.

Le modele japonais s’est impose tel une option de confiance au taylorisme : il permettra de rendre les entreprises plus reactives et plus flexibles, et cela est un imperatif aujourd’hui pour faire face a la concurrence.

2 – Les limites des modeles

Les modeles japonais n’ont nullement que des interets.

S’ils contribuent a la valorisation du bricolage, a la responsabilisation et a l’autonomie, il peche par rapport i  la remuneration qui reste faible et donc peu motivante pour les salaries.

Sans compter que, votre modele demande au personnel d’etre plus flexible, plus polyvalent, plus mobile, cela entraine un stress au boulot et donc des absences.

J’ai plateforme qui connecte profs particuliers et eleves